Le Baron au château de la Mercerie, le « petit Versailles charentais » – partie 2

Après avoir visité la Mercerie de fond en comble, le Baron, qui adore les balades et l’histoire, s’apprête à vous en révéler un peu plus sur l’histoire qui accompagne la rénovation de ce château. Plus qu’un patrimoine étonnant par sa beauté, la Mercerie est avant tout une aventure humaine exceptionnelle et beaucoup d’évolutions prévues pour les prochaines années.

 

Un château hors du temps et de beaux projets d’avenir

Depuis 2011, la restauration de ce château est bercée de belles histoires, pas moins de 350 bénévoles ont participé de manière ponctuelle ou quotidiennement à la remise en état de la Mercerie. Le château est également meublé des généreux dons de mobilier ancien de visiteurs car les meubles d’origine ont été vendus lors de la grande vente aux enchères de 1987. Seules subsistent quelques toiles qui ont été astucieusement collées aux murs. Tout au long de la visite, Jean-Claude s’est fait un plaisir de partager les anecdotes de la rénovation du château au Baron. « Les frères Rhétoré ont fait ce château pour nous, malgré leur projet un peu démesuré, ils nous ont laissé un beau cadeau. On est conscient qu’on ne finira pas le château mais notre but est de le faire vivre » nous confie-t-il.

Car le château de la Mercerie n’est pas figé dans le temps. Cette grande aventure humaine qui accompagne la restauration le fait évoluer au fil des ans. Il reçoit notamment des Compagnons du devoir pour y passer leurs examens ou encore des services civiques, ce qui participe à l’animation des lieux. La Mercerie crée aussi de l’emploi puisque des ouvertures de postes sont prévues dans les années à venir (déjà deux postes ont été créés).

 

 

Ce château, à l’histoire contemporaine, n’a pas dit son dernier mot. Au titre des restaurations récentes, on peut citer la pose du portail du château, forgé bénévolement par Jean-Paul, et le montage des poutres dans la salle des Azulejos. Quant à l’installation du système de chauffage, elle est en cours. L’association a déjà investi dans une machine pour faire ses propres copeaux de bois. Les hectares de forêt et les chutes d’arbres de la tempête de 1999 permettront au château de s’autoalimenter. « Nous attendons le chauffage avec impatience » nous explique Jean-Claude. En effet, le chauffage permettra d’accueillir des visiteurs tout au long de l’année mais aussi de louer la salle des Acajous comme salle de réception pour des conférences, mariages etc.

La Mercerie est d’ailleurs prisée par des réalisateurs comme lieu de tournage. L’argent récolté sera bien évidemment réinjecté dans les travaux de restauration qui s’annoncent encore nombreux dans les années à venir. Il est notamment question de créer une nouvelle entrée pour le château mais aussi d’y installer un ascenseur pour permettre la visite complète aux personnes à mobilité réduite.

Le maire de Magnac-Lavalette, Didier Jobit, a beaucoup de projets pour la Mercerie. Il envisage la construction de logements pour que les jeunes artistes puissent y séjourner. Il souhaite aussi y créer un escape game c’est à dire un jeu d’évasion grandeur nature qui consiste à réussir à s’échapper d’une pièce en un temps limité, par groupe. Affaire à suivre donc ! Le Baron a déjà hâte d’y retourner, lui qui adore les jeux…

Un commentaire sur “Le Baron au château de la Mercerie, le « petit Versailles charentais » – partie 2

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :