Le Baron au château de la Mercerie, le « petit Versailles charentais » – partie 1

Au cours de l’une de ses balades, le Baron s’est aventuré jusqu’à Magnac-Lavalette, une commune du Sud de la Charente à quelques kilomètres de la Dordogne. Tout au long du trajet, le Baron s’est émerveillé de la beauté du paysage, une route sinueuse de campagne avec des étendues de champs et de forêt à perte de vue. Le Baron, même s’il aime le tumulte de la ville, rêve parfois d’évasion et de tranquillité. Après quelques heures de marche (25 minutes en voiture), le Baron aperçoit au loin un château à la beauté étourdissante avec une façade pour le moins atypique. Curieux, il décide de se rendre sur place. Le Château de la Mercerie lui ouvre grand ses portes.

Niché au cœur de Magnac-Lavalette, le château de la Mercerie renferme plus d’un trésor. Arrivé sur place, le Baron est stupéfait par la quiétude des lieux bercés par le chant des oiseaux. Le château, entouré d’un parc de 7 hectares avec des arbres centenaires de plusieurs essences et des hectares de forêt à l’arrière, est une invitation au repos.

Le Baron est chaleureusement accueilli par Jean-Claude, salarié de l’association Château de la Mercerie qui a participé en tant que bénévole à de nombreux travaux de restauration. Le Baron va vite l’apprendre au cours de la visite, la Mercerie est bien plus qu’un château…

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un château hors norme aux allures de Trianon

Bien qu’il fasse penser au château de Versailles, le château de la Mercerie n’est pas un château comme les autres. Ancienne maison noble au XVI ème siècle appartenant à des merciers (d’où son nom), il est devenu le manoir constituant l’actuel château à partir du XIX ème siècle.

Le château, dans sa configuration actuelle, est le fruit de l’impressionnant travail des deux frères Réthoré mené à partir des années 1930. Par la suite, les frères seront ruinés par un mauvais investissement ce qui explique que le château reste à ce jour inachevé. Il fera l’objet de la plus grande vente aux enchères d’objets d’art en Charente en 1987, après la mort des Réthoré.

Le château appartient actuellement à la société foncière Voltea qui a consenti en 2011 un bail emphytéotique de 70 ans à la commune de Magnac-Lavalette, à charge pour cette dernière d’entretenir et de restaurer les lieux.  Une association a donc été créé en 2011 et rénove depuis maintenant 7 ans le château. Il faut dire qu’elle a trouvé la Mercerie en bien piteux état, la tempête de 1999 étant passée par là …

Aujourd’hui, la Mercerie domine la campagne charentaise avec sa façade exceptionnelle. S’étalant sur 220 mètres, c’est la plus grande façade du monde jamais réalisée au XXème siècle ce qui lui vaut une inscription au Guinness des records. On parle de façade trompe-l’œil car il n’y a rien derrière, pas de pièce comme on s’attend à en voir derrière ce genre de construction. Les frères Rhétoré n’ont en effet pas pu venir à bout de leur immense projet.

Notre « petit Versailles charentais » possède aussi sa petite galerie des glaces avec la salle dite des Acajous ornée d’azulejos (faïence portugaise) sur le thème de la mythologie grecque. Aujourd’hui, plus d’une dizaine de pièce ont été restaurées et sont ouvertes à la visite, chacune présentant des spécificités avec, pour certaines d’entre elles, des boiseries et cheminées remarquables.

Quant au jardin, il a été aménagé par les bénévoles selon les désirs des frères. La création de la Roseraie a pris 3 ans. Désormais, chacun peut avoir un rosier en son nom ou au nom de la personne souhaitée en parrainant le château. La Roseraie compte actuellement 700 noms, Jean-Claude s’en amuse, « Nous avons dû créer plusieurs massifs et procéder par liste car les gens ne retrouvaient plus leur nom ». En effet, plusieurs bénévoles, Thomas, Joséphine, Jean-Marie, Kelly et Michèle ont participé avec Jean-Claude à cet aménagement. A la Roseraie, l’âme des Réthoré est toujours présente avec l’impressionnante glycine d’époque, aux couleurs chatoyantes à la belle saison et qui assume son emprise sur un cèdre immense.

Clap final à la visite, le Belvèdère sur les toits du château offre une vue panoramique sur la campagne charentaise alentour. Lorsque le temps est dégagé, la vue est magique et mérite d’être immortalisée par une ou plusieurs photos.

Retrouvez toutes les informations relatives au château sur http://www.chateaudelamercerie.fr

Des visites sont notamment organisées en anglais et néerlandais.

Suivez l’actualité du château et des événements organisés sur Facebook : https://www.facebook.com/Chateaudelamerceriesiteofficiel1/

4 commentaires sur “Le Baron au château de la Mercerie, le « petit Versailles charentais » – partie 1

Ajouter un commentaire

  1. Un super reportage , merci a vous , juste une rectification , j’avais lancé l’idée du référencement des rosiers , mais c’est Thomas et Josephine , jean Marie , kelly , Michèle et moi même qui avons fait ce travail , c’est tout a leur honneur .

    Aimé par 1 personne

  2. Ce fabuleux Château des frères Rétoré est actuellement en pleine restauration par des bénévoles uniquement et ils font et ont déjà fait un travail de Titan, n’hésitez pas à aller sur la page fb du Château de la Mercerie pour vous rendre compte de l’ampleur de la tâche qui a été accomplie et qu’il reste encore à faire 😊😍

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :